CEPRI.net > Accueil > Pourquoi agir ? > Un département

Publié le : 30/03/2017

Un département

Le Conseil général : un acteur important qui s’ignore ! 

 

Gestionnaire de services et d’équipements publics au service des territoires, partenaire de syndicats mixtes engagés dans la gestion des risques d’inondation, financeur des politiques locales de défense contre les crues, le Département a les moyens d’une action assez déterminante pour réduire les conséquences des inondations.

Le Département est responsable à la fois des dégâts sur ses biens et des interruptions de service survenant à l’occasion d’une inondation. Il a aussi entre ses mains les moyens de réduire, par une action appropriée, les conséquences humaines, techniques et financières de l’inondation, sur ses missions, son patrimoine et son activité.

 

 

Le Département se doit de gérer les infrastructures et les services dont il est responsable : bâtiments des services départementaux, collèges et bâtiments dans le secteur sanitaire ou social...

Il peut en effet se charger de la gestion des routes, parfois d’un réseau électrique ou d’un réseau numérique (câble ou fibre optique). Il peut aussi être propriétaire de barrages et de digues de protection contre les inondations, ou bien en gérer sans en être propriétaire.

Ainsi, le Département doit s’assurer que ces infrastructures ne participent pas à aggraver le risque auquel sont exposés les usagers. Il a la charge d’assurer la continuité du service public et une remise en état la plus rapide possible des infrastructures et des services qu’elles rendent.

 

 

Il est de la responsabilité du Département d’assurer une continuité de service en matière de solidarité et d’aide sociale. Il doit être conscient que le personnel en charge de ces politiques ou des bâtiments et services supports peuvent être indisponibles pendant une durée longue.

Il se doit de prendre en considération le fait que les allocataires sociaux peuvent être plus nombreux après une inondation. Il intervient également en post-catastrophe en matière de relogement, d’aides matérielles et psychologiques aux sinistrés. Cela le conduira à mobiliser différemment son personnel et éventuellement à faire appel à des compétences extérieures. Il gagne à prendre conscience de cette situation et à anticiper ses actions à conduire.

 

 

Il est responsable du financement et de la gestion des Service départemental d’incendie et de secours (SDIS).

Le SDIS est pour le Département un partenaire qui lui permet d’anticiper les effets de la crise et de mettre en œuvre une politique de gestion des conséquences d’une inondation sur les personnes et les biens.

Il est responsable en tant qu’employeur vis-à-vis du personnel mobilisable en crise et en post-crise. Il se doit de sécuriser leur intervention, les préparer à de telles missions et maintenir dans la durée une capacité à intervenir en temps de crise et de post-crise. 

Cette tâche concerne au premier chef le personnel lié à la gestion des infrastructures (routes, réseaux, digues, barrages) mais aussi celui travaillant dans un bâtiment pouvant être inondé dans des délais courts. Le Département peut aussi préparer son personnel à être réaffecté à des missions urgentes en cas de crise.

 

 

S’il le décide, le Département peut agir efficacement pour la prévention des conséquences des inondations, dans des domaines où aucun autre acteur ne pourra intervenir. Sa capacité à faire face influera sur sa responsabilité, sur son image de marque et sur l’avenir du territoire. 

En prenant conscience des conséquences néfastes et en anticipant leurs effets par une politique de prévention adéquate, le Département pourra économiser beaucoup de moyens humains et financiers et permettre un redémarrage beaucoup plus rapide des activités et des services. Il assurera ainsi une meilleure continuité de service.

 

 

Des solutions commencent à être développées par des Départements pionniers : diagnostic des atteintes et des conséquences d’une inondation, plan de continuité, de gestion de crise, couverture assurantielle adaptée, information et recherche de solutions transitoires pour les utilisateurs des infrastructures, anticipation des effets indirects de l’indisponibilité des infrastructures et des services qu’ils rendent.

Des outils internes de management comme le plan de continuité d’activité ou des démarches fédératrices peuvent être une occasion pour le Département d’inscrire la prévention des inondations (et des risques naturels en général) dans son action. On peut ainsi penser à la mise en place du document unique de risque, d’un Agenda 21 ou à la recherche d’une rationalisation des couvertures assurantielles.

Aujourd’hui le CEPRI accompagne plusieurs départements dans la réalisation d’un plan de continuité de leur activité ou dans des démarches de réduction de la vulnérabilité des biens et services qu’ils assurent. 

 Pour aller plus loin : à l’occasion des journées nationales de l’ADF d’octobre 2008, l’ADF et le CEPRI ont élaboré un document de référence pour sensibiliser les élus et les services techniques à l’action qu’ils peuvent mener. 

 

Pour en savoir plus :

 

Le risque inondation pour un département