Publié le : 20/10/2018

Gérer les inondations par ruissellement pluvial

Alors que le terme d’inondation est souvent associé à un débordement de cours d’eau ou à une submersion marine, le ruissellement pluvial est plus rarement envisagé et souffre à ce titre aujourd’hui d’un manque de connaissance. Pourtant ce type d’événement n’est pas rare : entre 1982 et 2002 près de 75% des communes françaises ont connu au moins une fois une inondation par ruissellement (ce qui revient à plusieurs événements par an). L’intensification des pluies et des orages violents identifiés comme l’une des manifestations du changement climatique en cours font du ruissellement un sujet qui mérite toute l’attention du CEPRI.

 

De plus en plus courantes, les inondations par ruissellement ont donc une importance croissante. Elles génèrent des millions d’euros de dégâts, des dégradations environnementales et parfois des décès.

 

Le caractère soudain et violent des inondations par ruissellement les rend en effet particulièrement destructrices, ce qui les érige au même niveau que les inondations par débordement de cours d’eau en matière de montants d’indemnisation assurantielle.

 

Ainsi, malgré des événements marquants faisant émerger dans les années 1990 une prise de conscience de la gravité potentielle du phénomène ; malgré le message porté par le ministère en charge de l’environnement et ses services déconcentrés depuis plus de dix ans pour une nouvelle politique de gestion des eaux pluviales, de nombreux obstacles demeurent.

 

En première ligne, se trouve la difficile appréhension du phénomène dont le cadre législatif est le premier à pâtir. Vient ensuite un développement parfois inadapté du territoire, aussi bien urbain que rural, accompagné de l’ancrage du traditionnel ‘tout tuyau’ dans certains services d’assainissement et d’urbanisme, publics ou privés.

 

Pourtant certaines collectivités ont compris depuis des années que leurs incessantes inondations par ruissellement pouvaient être partiellement réduites ou maîtrisées en adoptant une stratégie globale et transversale de gestion des eaux pluviales et d’aménagement du territoire. Dans ce cadre, l’urbanisme profite des aménités de l’eau apportée par les petites pluies et le service de gestion des risques sait prendre le relai du service d’assainissement en cas de débordement.

 

Ces exemples se multiplient et doivent générer une dynamique de changement au sein de nos administrations locales. Cependant chaque stratégie est spécifique au territoire sur lequel elle s’applique, ce qui ne permet pas la diffusion généralisée d’une solution ‘clé en main’.

 

Le guide du CEPRI publié en 2014 se propose d’apporter un support aux élus, aménageurs et techniciens souhaitant en savoir plus sur la problématique des inondations par ruissellement pluvial, leurs stratégies de gestion et les outils à disposition pour préparer le territoire.

 

Téléchargez le guide « Gérer les inondations par ruissellement pluvial – guide de sensibilisation »

 

Devant l’importance croissante du phénomène, l’ensemble des acteurs de la gestion des risques et des eaux pluviales est mobilisé pour trouver des moyens efficaces de lutter contre le ruissellement. Des groupes de travail se forment ainsi pour réfléchir à la réduction de ce risque, en milieu rural comme en milieu urbain, et proposer des méthodes d’amélioration de la connaissance. Le CEPRI suit l’ensemble de ces démarches, ainsi que les travaux du gouvernement, avec une veille attentive sur les évolutions règlementaires afin d’accompagner au mieux les collectivités sur ce sujet.

 

Si vous souhaitez avoir des informations complémentaires, contactez-nous : margaux.knispel@cepri.net